PreciDIAB : une ambition confirmée de créer à Lille le premier pôle mondial de recherche sur le diabète

PreciDIAB : une ambition confirmée de créer à Lille le premier pôle mondial de recherche sur le diabète

Publié le 26 septembre 2018

Le projet PreciDIAB porté par la communauté hospitalo-universitaire et académique lilloise, et dirigé par le Pr. Philippe Froguel, a été distingué par un jury international, parmi  17 projets nationaux en lice. Des résultats encourageants, qui confirment l’ambition de développer sur le campus hospitalo-universitaire de Lille et le Parc Eurasanté un pôle de recherche mondial sur le diabète. PreciDIAB est sélectionné en vue d’obtenir un financement de plusieurs millions d'euros.

En décembre 2017, le CHU de Lille, l’Université de Lille, Eurasanté, l’I-SITE Université Lille Nord Europe, l’Inria, l’Institut Pasteur de Lille, la Fédération Française des Diabétiques et la Société Francophone du Diabète déposaient ensemble le projet PreciDIAB à l'appel à projets Institut Hospitalo-Universitaire, porté par le Professeur Philippe Froguel, aux côtés de seize autres candidats.

Associant cent trente chercheurs, cliniciens, représentants institutionnels et quarante partenaires industriels (régionaux et internationaux), PreciDIAB est un projet unique en France visant à développer une approche intégrée révolutionnaire de la prévention du diabète et des soins personnalisés, en s'appuyant notamment sur EGID[1], pôle d’excellence en recherche sur le diabète. Il se compose de quinze « work-packages » allant de la recherche translationnelle à la valorisation en passant par la recherche clinique, des efforts appuyés en prévention et des initiatives innovantes et ouvertes en matière d’enseignement.

Plusieurs de ces dimensions, soutenues par les institutions, la Métropole Européenne de Lille et la Région Hauts-de-France, se poursuivront pour faire de Lille une référence mondiale en matière de traitement et de prévention du diabète grâce à la médecine personnalisée. Grâce à la médecine de précision, l’objectif est de détecter les personnes étant susceptibles de développer un diabète afin de leur adresser les traitements les plus adaptés au bon moment.

Volonté forte du Président Damien Castelain, la Métropole Européenne de Lille a d’ores et déjà apporté un premier soutien de 1.650 million d’€. Ce soutien local a déjà permis de financer trois projets d’envergure pour la recherche sur le diabète :

  • La création d’une chaire d’excellence en recherche clinique et translationnelle dans le diabète ;
  • Une plateforme d’essais cliniques dédiée aux patients diabétiques, permettant de réaliser des études selon des protocoles de recherche complexes ;
  • La mise en place de l’entrepôt de données de santé du CHU de Lille pour l’exploitation de données massives de santé permettant le développement de nouveaux projets d’intelligence artificielle.

En France, la prévalence du diabète chez les adultes augmente de 2,5% chaque année. Cette maladie représente 15% des dépenses de santé au niveau national (en augmentation de 9% par an) car elle entraîne des complications lourdes et multiples sur le plan cardiovasculaire, rénal, cérébral et ophtalmologique.

Dans une région comptant dans sa population la plus grande part de patients diabétiques en comparaison à la moyenne nationale (7% de la population régionale, 5% au niveau national), et dans un pays où 4 millions de patients sont affectés, le projet PreciDIAB offre l’espoir d’une vie meilleure en améliorant les soins apportés à tous les patients diabétiques.

[1] EGID : European Genomic Institute for Diabetes

Partagez sur :