Télémédecine en Ehpad: la distance n’exclut pas la bienveillance

Avec des résidents souvent vulnérables, le développement de la télémédecine dans les structures médico-sociales engendre des questionnements éthiques et déontologiques, ont observé plusieurs intervenants lors de la Paris Healthcare Week, avant d’analyser trois cas en Ehpad.

Les Ehpad multiplient déjà les expérimentations de télémédecine, et l’article 91 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2017, qui les prolonge d’un an et les étend à l’ensemble du territoire, doit aider à amplifier le mouvement.

Cela entraîne une réflexion sur les règles éthiques liées à ces pratiques, ont souligné le 16 mai plusieurs participants à une table ronde organisée par la Fédération hospitalière de France (FHF) lors d’une ”session télémédecine”.

”L’usage de la télémédecine peine à se déployer dans le médico-social, mais ces technologies doivent être regardées avec bienveillance, c’est-à-dire en analysant leurs promesses et leurs risques”, a introduit le Dr Jacques Lucas, vice-président du Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom). ”Il faut identifier les risques pour les combattre, afin que les promesses de ces technologies prennent plus d’importance”, a-t-il estimé.

Source : Gérontonews, le 30/05/2017

Cet article Télémédecine en Ehpad: la distance n’exclut pas la bienveillance est apparu en premier sur Clubster Santé.

Je voudrais recevoir des invitations à des événements sur les thèmes suivants :