InBrain Pharma finaliste du Prix de l’inventeur européen !

L’Office européen des brevets (OEB) a dévoilé les douze équipes finalistes nominées pour le prestigieux Prix de l’inventeur européen dans quatre catégories différentes : « Industrie », « Recherche », « Pays non membres de l’OEB » et « PME ». Ce prix annuel sera remis aux lauréats le 9 juillet, lors d’une cérémonie retransmise en direct depuis l’île de Malte. Parmi eux, on trouve de nombreux Français. 

David DevosCaroline Moreau et leur équipe sont finalistes dans la catégorie « Recherche » pour leur traitement innovant contre les symptômes graves de la maladie de Parkinson.

L’innovation des deux scientifiques lillois consiste en une pompe qui délivre de la dopamine directement dans le cerveau des patients atteints de la maladie de Parkinson, ce qui permet de réduire considérablement les symptômes de la maladie. Cette innovation a le potentiel d’améliorer considérablement la qualité de vie des millions de personnes touchées par la maladie de Parkinson dans le monde entier.

On sait depuis longtemps que cette maladie est associée à une carence en dopamine, un neurotransmetteur produit par certains de nos neurones. Mais, la dopamine ne peut pas traverser la barrière digestive et la barrière hématoencéphalique, ce qui rend la carence difficile à combattre. Par ailleurs, cette petite molécule est rendue inefficace lorsqu’elle est oxydée. 

Partant de ces différents constats, David Devos et Caroline Moreau ont développé de la dopamine anaérobie (ou A-dopamine), qui ne contient pas d’oxygène mais de l’azote et du dioxyde, et sont parvenus à l’administrer directement au cerveau grâce à une pompe doseuse de précision.

Ils redonnent ainsi de l’espoir à plus de 10 millions de personnes qui sont touchées par cette terrible maladie dans le monde. 

Nous sommes convaincus que l'A-dopamine sera une arme thérapeutique révolutionnaire administrée à long terme aux malades… Cela dit, nous devons rester humbles parce que nous ne guérissons pas la maladie de Parkinson », explique David Devos. La prochaine étape consistera à obtenir une autorisation de mise sur le marché en Europe grâce à la réussite des essais cliniques de phase III.

Je voudrais recevoir des invitations à des événements sur les thèmes suivants :