Une poupée pour atténuer les troubles du comportement, le pari pris par l’Ehpad de Comines

Une poupée pour atténuer les troubles du comportement, le pari pris par l’Ehpad de Comines

Publié le 13 février 2018

Pas un objet miracle mais un petit succès tout de même. Avec leur tête ronde et leurs fesses bien rembourrées, les poupées empathiques dont s'est doté l'Ehpad de Comines (Nord) a permis de réduire les troubles du comportement des résidents de gérontopsychiatrie. Elles participent aussi à améliorer les conditions de vie et de prise en soins.

Des baisers, des caresses, des regards tendres. Des gestes qui n'étaient pas survenus depuis longtemps. Dans les bras de Gisèle*, le petit rouquin aux grands yeux n'y est pas pour rien. "Le petit", comme elle l'appelle, lui procure l'apaisement dont elle avait besoin. "L'amour d'un enfant", complète-t-elle en le scrutant intensément. Avant l'arrivée du petit garçon — une poupée de quelques kilos au gilet rose fuchsia et au siège bien lesté —, l'expression de la vieille dame se limitait à de l'agressivité envers les professionnels soignants de l'Ehpad où elle réside, à Comines (Nord). Nourris par une profonde anxiété, notamment au moment de la toilette, ses accès de violence ont été responsables d'un accident du travail. Pour l'établissement, qui mise avant tout sur la prise en soins non thérapeutique de ses résidents, le changement relève de la victoire.
Partagez sur :