Eurasanté dévoile les résultats de son Contrat d’Études Prospectives sur les métiers de la filière Nutrition-Santé en Hauts-de-France

 

Pilotée par Eurasanté avec le soutien de l’Etat (DIRECCTE), cette étude menée à l’échelle de la région des Hauts-de-France vise à anticiper les mutations économiques de la filière nutrition-santé régionale. L’objectif : caractériser ses principaux enjeux à venir pour mieux accompagner les entreprises dans leurs problématiques de recrutements et de formations en vue d’assurer une adéquation des profils aux besoins présents et futurs du marché de l’emploi.

Ce sont plus de 70 acteurs de l’innovation en nutrition santé (start-ups, PME, entreprises, fédérations professionnelles, OPCO, experts…) qui ont participé à cette étude qualitative et quantitative menée sur l’année 2020. Le but étant d’améliorer l’adéquation entre les besoins RH des entreprises du secteur et l’offre de formations et de profils disponibles sur le marché.

TROIS ENJEUX CLÉS À ANTICIPER POUR MIEUX COMPRENDRE L’ÉVOLUTION À VENIR DE LA FILIÈRE

Cette étude a permis de dresser un panorama des grandes mutations de la filière santé et d’identifier trois grands enseignements.

  1. La digitalisation des entreprises ces dernières années a contribué à l’émergence d’un nouveau secteur d’activités : la e-santé. Cette mutation s’accompagne d’une demande croissante en profils formés aux enjeux du numérique en santé, avec une forte sensibilité à l’expérience utilisateur.
  2. Les métiers de la réglementation ne sont pas en reste, et les besoins dans cette famille de métiers sont croissants face aux évolutions réglementaires du secteur santé, qui évolue dans un environnement pluriel et changeant.
  3. L’étude a également révélé l’importance des profils à double compétences, alliant expertise scientifique et compétence managériale ou commerciale.
LES MÉTIERS ET FORMATIONS DE DEMAIN

Top 5 des métiers qui seront les plus recherchés par les entreprises :

  • Technicien (laboratoire / maintenance…)
  • Responsable/chargé des Affaires réglementaires
  • Data manager / data analyst
  • Commercial
  • Chef de produit digital / Community manager

Deux familles de métiers connaitront également une forte croissance :  les métiers liés au data management et les métiers du marketing digital.

Côté formations, se sont distinguées quatre priorités en termes de formation initiale :

  • Les profils Bac +2 (DUT/BTS) en agro-biotech ;
  • Les formations de spécialisation en Data (gestion et exploitation de la data, data analyst, data manager…) ;
  • Les formations en affaires règlementaires ;
  • Les formations de commerciaux spécialisés.

L’étude a également mis en avant le besoin de décloisonner les formations initiales, en mettant en place des modules « industrie de santé » dans les formations transverses à l’industrie, en favorisant l’acquisition des compétences transversales (softskills) et en promouvant de nouveaux cursus.

En formation continue, ce sont les formations spécialisées, courtes et évolutives qui sont les plus plébiscitées par les entreprises et les salariés, et sur quatre axes principaux : les affaires règlementaires, la transformation digitale, les compétences commerciales et les softskills.

Quant à la mobilité professionnelle et la reconversion des salariés, il existe un réel enjeu côté formation continue. L’étude révèle qu’il est important aujourd’hui de :

  • Identifier des passerelles entre les métiers des différents secteurs des industries de santé et des autres secteurs économiques ;
  • Faciliter la reconversion et la mobilité professionnelle en développant des outils pour informer les salariés des différents passerelles (CPF, bilan de compétences, coaching individuel) ;
  • Maintenir l’employabilité des salariés : en développant des plans de formations complémentaires pour sécuriser les parcours des salariés en poste et en développant des actions de validation des acquis d’expériences (VAE) ;
  • Favoriser la transmission des compétences au sein des entreprises en renforçant le tutorat.

Enfin, cette étude a révélé un besoin de partager et d’informer sur les pratiques de mutualisation des compétences en développant la « flexibilité » et favorisant la mobilité entre établissements grâce à des conventions de prêt de main d’œuvre/service de mobilité ou de portage salarial. Elle a également révélé l’intérêt de formaliser un groupe DRH/RRH pour partager sur les pratiques de recrutement notamment via les réseaux sociaux / jobboards mais aussi sur les actions GPEC, QVT et marque employeur…

Retrouvez la description complète des résultats de ce Contrat d’Etudes Prospectives et du plan d’action dessiné pour favoriser l’emploi et la formation de la filière nutrition-santé sur demande à emplois@eurasante.com

Stratélys, cabinet d’audit et de conseil, a été missionné par Eurasanté pour réaliser cette étude régionale.

Ce Contrat d’Etudes Prospectives a été réalisé avec le soutien de :

Je voudrais recevoir des invitations à des événements sur les thèmes suivants :